LE LAIT DE VACHE : A EVITER ! MAIS POURQUOI ?

Le lait de vache, trop riche ?

Il est prévu pour nourrir un veau, qui grossit très rapidement en un an… Les enfants consommant beaucoup de produits laitiers prennent rapidement du poids, ce qui peut poser des problèmes de fragilité des os et des cartilages.

Le paradoxe du lait de vache ?

Riche en calcium, mais du calcium difficile à assimiler. Vous prenez du lait ? La concentration de calcium dans le sang augmente rapidement : c’est un choc pour votre corps. En réaction, l’organisme va éliminer le calcium par les reins afin de revenir à un niveau normal de calcium dans le sang. Résultat : le calcium n’est pas assimilé. Venez lire mon article sur les autres sources de calcium ici.

Le lait de vache contient des acides gras saturés avec de grosses molécules lipidiques. Le foie a du mal à métaboliser ces molécules. La consommation de lait de vache fatigue le foie.

Le lait de vache, toxique ?

Oui, surtout s’il n’est pas dans son état naturel. La pasteurisation, l’homogénéisation et la stérilisation UHT diminuent les enzymes naturellement présentes dans le lait, qui aident le corps à se débarrasser des molécules toxiques présentes dans le lait. Les produits laitiers contiennent des additifs tels que le polyphosphate et le nitrate ? Ceci contribue à une déminéralisation progressive et empêche le calcium de se fixer.

C’est tout ? Non… N’oubliez pas qu’aujourd’hui les vaches sont traitées avec des hormones, des vaccins et des antibiotiques. Ces toxines sont ensuite transmises dans le lait.

Consommation excessive de protéines animales : soyez vigilants !

L’ostéoporose ? Un manque de calcium ? On dirait que non. Elle serait plutôt la conséquence d’un excès de protéines et d’acide dans l’alimentation. Vous ingérez beaucoup de protéines ? Ceci provoque de l’acidité ! Le corps puise dans les réserves de minéraux alcalins (y compris le calcium osseux) pour y faire face.

Vous consommez beaucoup de protéines animales ? Contrôlez votre taux d’urée, il risque d’augmenter ! Il s’élimine par les voies urinaires, et entraîne une perte de sels minéraux.

Le lait, à éviter… dans quelle mesure?

En Ayurveda, la consommation de lait de vache n’est pas déconseillée… Mais il faut le prendre dans son état le plus naturel ! Du lait cru, sans pasteurisation, sans hormones, sans antibiotiques, sans produit chimique … Une vache nourrie avec des aliments biologiques ! Une vache « sacrée » !

« Le lait doit être acheté cru, bouilli immédiatement, refroidi puis réfrigéré. Cette démarche change sa structure enzymatique et le rend plus digeste. »

Pourquoi bio ?

Dans l’industrie conventionnelle, les vaches sont poussées à produire toujours plus de lait. Elles sont surmenées et maltraitées, développent des infections, sont traitées avec des antibiotiques, des vaccins, des anti inflammatoires, … Pensez vous que cela n’a pas d’effet sur la qualité de leur lait?

Êtes vous intolérants aux protéines de lait de vache ?

Quels sont vos symptômes? Infections? Inflammations? Allergies? Problèmes de peau? Eczéma? Faiblesses digestives? Problèmes aux intestins? Migraines fréquentes? Rhumes à répétition? Sinusites, bronchites ou otites chroniques?

Venez partager vos expériences !

Vous n’êtes pas convaincus… Difficile de changer d’avis sur la question ?

Le lobby de l’industrie laitière est bien implanté. Dans le domaine de l’alimentation et de la santé, les organismes officiels de recherche et de communication sont dirigés par des personnes ayant des intérêts liés à l’industrie laitière. Thierrry Souccar explique ces mécanismes dans son ouvrage « Laits, mensonges et Propagande ». L’industrie laitière est source de revenus considérables ! C’est tout un système productif en place, avec des emplois à sauvegarder, et des profits à protéger. Schumpeter ne disait-il pas qu’il est difficile de révolutionner un système productif ?

Il est pourtant temps de sortir des sentiers battus ! Êtes-vous prêts à envisager autrement ce que l’habitude et la raison vous a dicté jusqu’à maintenant ?

Quelques exemples :

Le CERIN (Centre de Recherche et d’Information Nutritionnelles) est un conseil scientifique fondé par l’industrie laitière.

Une part du budget de l’IFN (Institut Français pour la Nutrition) est financé par l’industrie laitière.

Parmi les membres du comité d’experts en nutrition humaine de l’AFSSA (Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments), une grande partie ont des lieux de collaboration avec l’industrie laitière.